Est-ce que vous saviez que la nostalgie a déjà été considéré comme une maladie? En fait, saviez-vous que l’origine de ce mot est en fait médical, et qu’il était employé pour expliquer l’état de certains soldats qui devenaient déprimés ou dépressifs lorsqu’en mission?

On disait d’eux qu’ils souffraient de nostalgie.

Pour un chrétien, le souvenir de notre vie passée, avant Jésus-Christ, ne devrait pas, normalement nous faire souffrir. Bien au contraire, d’ailleurs. Pourtant je crois qu’il y a un bon nombre de chrétiens qui souffrent de nostalgie.

Si, par exemple, on justifie certaines de nos décisions en en appelant de la nostalgie d’antan et que ces décisions sont contradictoires avec la nouvelle personne que nous sommes devenue, je crois qu’il s’agit ici d’un symptôme qui pointe vers cette proverbiale pente toujours plus glissante.

La bible nous dit qu’en Christ “les choses anciennes sont passées et que toutes choses sont devenues nouvelles”. (2 Corinthiens 5:17)

Mais il nous faut persévérer dans la voie que nous devons suivre. Ce n’est certes pas facile, j’en conviens. Ah, le monde et tous ses attraits! Ils peuvent sournoisement nous faire pencher et dévier très subtilement de notre chemin.

Chemin que l’on souhaite droit, n’est-ce pas?

Mais ici, qu’il le soit dit, ce n’est pas dans l’idée de nous priver du bonheur pour gagner notre ciel, non, non pas du tout. C’est de rester libre. Oui, oui… libres.

Libres parce que la nostalgie tente souvent de nous faire échapper les victoires sur des choses qui nous tenaient autrefois captifs, nous empêchant de vivre une vie abondante et épanouie.

C’est parfois en nous clouant devant un écran des heures durant, d’autres fois en nous remplissant d’aliments qui peuvent nous rendre malades ou en nous menant dans une spirale qui nous tire vers le bas.

L’odeur d’un met de jeunesse sentie au passage, la mélodie de notre chanson préférée lorsque nous étions plus jeune, en faisant le plein d’essence, par exemple, sont toutes des occasions de nous faire ressasser le passé.

Le cerveau est fait d’une façon que certaines informations ne peuvent pas être éliminées parce qu’elles sont trop étroitement liées à nos sens et à nos émotions.

La clé elle est où alors?

La prière est la réponse courte. “Priez sans cesse” dit ce que cela a à dire. Et c’est le conseil que nous donne Jésus Lui-même. (1 Thessaloniciens 5:17)

Et prier pour quoi?

En bref, pour que nos pensées s’élèvent, que nos décisions nous mènent vers le haut.

Vous voyez, je crois intimement que le sur place n’existe pas. Sur une pente glissante, on monte ou on descend, mais on ne peut pas vraiment rester inactifs… Sinon notre inaction même choisira pour nous notre direction.

Tristement, j’ai connu des chrétiens convaincus qui, sur le compte de la nostalgie, ont procuré à leurs enfants les mêmes jouets ou mêmes expériences qu’ils avaient eut eux-mêmes étant plus jeunes parce que comme ils le disaient “une enfance sans cela n’en serait pas vraiment une!”

Pourtant une autre expérience en tout point similaire mais sans ce “lien affectif” n’aurait pas passer leur **propre** test de ce qui est convenable pour eux-mêmes ou leurs enfants.

Ils faisaient une entorse à la règle quoi.

Les exceptions sont souvent dans mon cas une mauvaise idée. J’ouvre une boîte de Pandore, plus souvent qu’autrement.

Plus grave encore, c’est que je crois qu’il s’agit ici d’une tragédie en soi, car leur propre maladie, cette envoûtante “nostalgie”, affecte ici leur propres enfants qui n’avaient au départ eux pas de liens affectifs avec cet objet, ce jeu, cette expérience.

La Parole de Dieu nous dit : “Instruit l’enfant dans la voie qu’il doit suivre et quand il sera grand il ne s’en détournera pas”. (Proverbes 22:6)

Pourquoi donc alors mettre des pancartes de détours sur cette voie en faisant leurs, nos luttes personnelles d’avec nos plaisirs d’autrefois?

Faisons donc plutôt nôtre le verset qui dit : “Je puis tout par celui qui me fortifie” (Philippiens 4:13) en nous débarrassant définitivement de toutes chaînes qui nous attachent encore aux tentations de notre passé mais surtout en prenant soin de ne pas les remettre dans les mains de nos enfants!

🙏